Category Archives: Vacance de poste

Bourses de l’OWSD de début de carrière pour les femmes scientifiques (ECWS)

Juil 31, 18
Admin
No Comments

La bourse de début de carrière pour les femmes scientifiques (ECWS) est une récompense prestigieuse pouvant atteindre les 50 000 Dollars US, réservée aux femmes ayant conclu un Doctorat en Sciences, Technologie, Ingénierie et Mathématiques, (STIM), et qui travaillent auprès d’un institut de recherche scientifique ou à l’université dans un des pays indiqués dans la liste Pays les moins avancés en sciences et en technologie (STLCs). Les bénéficiaires de la bourse ECWS seront encouragées à poursuivre leur recherche au niveau international tout en restant dans leurs instituts d’origine, et à créer des groupes de recherche capables d’attirer des visiteurs internationaux.

Tous les renseignements nécessaires pour rédiger votre appel à candidatures sont disponibles ci-après, vous pouvez également les télécharger en cliquant ici.

Toutes les candidatures doivent être présentées en ligne.

La langue officielle de l’appel à candidatures est l’anglais.

Veuillez noter que la candidate NE DOIT PAS bénéficier d’une subvention de recherche ou bourse active auprès de l’Académie mondiale des sciences The World Academy of Sciences (TWAS)  ou avoir posé sa candidature pour un programme de bourses TWAS dans la même année. Une seule candidature par an sera acceptée, quel que soit le programme de bourses TWAS ou OWSD. 

POSTULER MAINTENANT

REPRENDREvotre demande de bourse

Date limite de présentation en ligne des candidatures : 31 août 2018
Les lauréates des bourses seront averties d’ici le mois d’octobre 2018 et elles devront participer à un premier atelier à Trieste, en Italie, au mois de décembre 2018. La durée de chaque bourse sera de deux ans à compter de la date d’acceptation.

Si vous ne trouvez pas de réponse à vos questions en lisant les renseignements fournis, nous vous prions de contacter  earlycareer@owsd.net.

Objectif

Le programme de bourses ECWS est géré par l’OWSD grâce aux fonds généreusement alloués par le Centre de Recherches pour le Développement International (CRDI), Canada.

Les objectifs spécifiques des bourses ECWS sont les suivants :

1. Émancipation des femmes bénéficiaires des bourses ECWS afin de devenir chef de file de projets de recherche importants ayant des applications pratiques pour les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire (PFR et PRI), y compris le renforcement des rapports avec l’industrie.

2. Développement des capacités nécessaires de leadership et d’entrepreneuriat des lauréates ECWS afin de diffuser et saisir les résultats de la recherche et de faire carrière.

3. Consolidation d’un réseau de femmes scientifiques exceptionnelles qui puissent assurer le mentorat des générations à venir de femmes leaders dans les STIM.

Ces objectifs complètent les objectifs généraux à long terme du programme OWSD en général, mentionnés ci-après :

1. Accroître la pertinence et la mise en œuvre des projets de recherche scientifique développés par des femmes dans des pays STLCs pour satisfaire aux exigences économiques, sociales, de santé et de recherche de leur pays d’origine.

2. Augmenter le nombre de femmes scientifiques provenant de pays STLCs et demeurant dans leur pays d’origine afin de poursuivre leur carrière scientifique/industrielle, et de contribuer ainsi à la formation et au développement en matière de recherche.

3. Renforcer la recherche, les ressources et l’expertise des instituts dans les pays STLCs.

Soutien des bourses ECWS

La bourse ECWS dure deux ans et correspond à une somme pouvant atteindre les 50 000 Dollars US visant à permettre aux bénéficiaires de maintenir leur recherche à un niveau international, ainsi que de créer des collaborations et des partenariats avec le secteur industriel et le secteur privé.

Attention, la bourse ECWS ne prévoit aucun salaire pour les bénéficiaires, leur institut d’origine devra y pourvoir. Les bourses ECWS peuvent toutefois couvrir les coûts d’assistance que la candidate devra soutenir pour les services d’enseignement qui ne sont pas directement liés à ses travaux de recherche afin qu’elle puisse se consacrer à sa recherche à un niveau international.
Le but étant de développer un centre de recherche spécialisée reconnu au niveau national, régional ou international, qui pourra donc attirer des chercheurs de renommée mondiale.

Les coûts admissibles sont indiqués ci-dessous.

a) Coûts relatifs à la recherche

Équipements

  • Équipements nécessaires à créer des unités de recherche ou mettre en place un laboratoire
  • Formation à l’emploi des équipements
  • Entretien des équipements

Consommables

  • Produits de consommation destinés à être consommés ou remplacés après usage (par ex. verrerie, solvants, alimentation, réactifs)

Visites, échanges et programmes de recherche

  • Frais de déplacement pour participer aux colloques scientifiques internationaux
  • Mise en place d’un programme d’accueil de spécialistes
  • Organisation d’évènements scientifiques auprès de l’institut d’origine (par ex. une série de séminaires, un symposium international, des ateliers thématiques, des colloques internationaux et régionaux)
  • Organisation de programmes d’échange avec des spécialistes nationaux/internationaux

Enseignement et Assistance

  • Coûts relatifs au mastère ès Sciences, au doctorat et au post-doctorat de la chercheuse
  • Assistantes-chercheuses (par ex. recueillir des informations et des données)
  • Assistantes à l’enseignement
  • Aide à la famille (par ex. dépenses liées aux enfants afin que la bénéficiaire puisse s’occuper de son projet de recherche, couverture des frais de voyage pour les membres de sa famille)
  • Autre (selon les exigences de la candidate, par ex. travail temporaire)

Travail sur le terrain

  • Frais de transport (par ex. location de voiture, transport public, billets d’avion)
  • Gîte et couvert
  • Échantillonnage et analyse
  • Frais d’hospitalité (par ex. repas avec les partenaires de la recherche sur le terrain)

Coûts de publication (par ex. revues validées par les pairs, open source)

Bibliographie

  • Abonnements (par ex. revues, bibliothèque)
  • Littérature (par ex. livres, réimpressions, photocopies)
  • Ressources documentaires

Équipements TI

  • Matériel informatique
  • Logiciels informatiques
  • Services informatiques (connections internet, assistance technique, création de bases de données)

Formation

  • Communication scientifique (par ex. rédaction d’articles à publier, compétences de présentation)
  • Cours d’anglais (pour améliorer la communication scientifique)
  • Cours spécialisés pour chef d’équipe et membres de projets de recherche, ou sessions de formation en groupe (par ex. apprentissage à distance).

Autre

  • Coûts de suivi et d’évaluation (pour évaluer l’impact du projet)
  • Bail pour le terrain et les locaux utilisés pour les activités de recherche
  • Tout autre frais relatif à la recherche

b) Rapports avec le secteur industriel

  • Visites d’entreprises, secteur privé (par ex. frais de voyage, gîte et couvert)
  • Développement de produits (par ex. brevet, prototype, frais de propriété intellectuelle)
  • Transfert de technologie
  • Frais de licences
  • Dépenses relatives à la transformation de la recherche en produit
  • Formation (par ex. comprendre/développer des propriétés intellectuelles et des brevets, formation à la transformation de la recherche en produit, communication avec le secteur industriel, entrepreneuriat, compétences managériales et en marketing)

Une liste téléchargeable des organismes du secteur privé et industriel aptes à collaborer est disponible ici.

c) Diffusion, communication et réseautage

  • Développement de site internet
  • Matériel de communication (par ex. dépliants, affiches)
  • Diffusion (par ex. création d’une base de données de contacts des parties prenantes pour partager les informations)
  • Réseautage (par ex. création d’une communauté/d’un forum en ligne, mise en réseau avec les membres de l’OWSD, les sections nationales et les académies scientifiques)
  • Mentorat (par ex. définition d’un programme de mentorat avec des partenaires industriels)
  • Traduction de la documentation concernant le projet
  • Formation (par ex. médias sociaux, cours de langue nécessaires pour communiquer la recherche)
  • Autres dépenses nécessaires aux activités de diffusion

Une liste des coûts admissibles susmentionnés est téléchargeable ici.

Attention, cette liste n’est pas exhaustive. De plus, être lauréate d’une bourse n’implique pas que toutes les dépenses demandées seront automatiquement acceptées. Le Comité de sélection analysera chaque poste inséré dans le budget prévisionnel et prendra une décision concernant les coûts qui pourront être pris en charge.

Soutien supplémentaire fourni par l’OWSD :

Deux ateliers de formation par bourse sur les capacités de leadership et entrepreneuriales.

  • Le premier atelier (qui aura lieu au mois de décembre, la première année de la bourse à Trieste en Italie) posera les bases de la communication et du réseautage entre bénéficiaires des bourses et fournira des informations sur comment mettre en place un laboratoire, gérer un groupe de recherche et établir des liens avec l’industrie. Les lauréates présenteront leurs projets et leur programme de travail, et recevront un retour à ce sujet.
  • Le deuxième atelier (qui aura lieu en mai, la deuxième année de la bourse) proposera un scénario style Dragons Den où les lauréates pourront développer et défendre les aspects commerciaux de la transformation de leur recherche en produit commercialisables. Cet atelier sera organisé dans une des quatre régions OWSD, et si possible, auprès d’une section nationale OWSD ou d’une académie nationale appropriée.

Admissibilité

Les candidates aux bourses ECWS devront satisfaire les critères suivants pour être admissibles :

1. Pays admissibles

  • Les candidates doivent avoir résidé dans un des pays les moins avancés en sciences et en technologie indiqués dans la liste (STLCs) pendant au moins 5 ans.
  • Au moment de la candidature, les postulantes doivent déjà avoir un poste auprès de l’université ou de l’institut de recherche où se déroulera le projet.
  • Cette université/cet institut, où se déroulera le projet, doit se trouver dans un des pays de la liste des pays STLCs.

Cette liste peut varier légèrement chaque année en fonction des critères définis par notre bailleur de fonds, le CRDI, et en accord avec l’OWSD. La liste sera mise à jour chaque année lorsque l’appel à candidatures sera publié.

2. Domaines STIM admissibles (Sciences, Technologie, Ingénierie et Mathématiques)

  • Sciences agronomiques
  • Astronomie, Sciences de l’Espace et de la Terre
  • Systèmes et organismes biologiques
  • Sciences chimiques
  • Informatique et Technologie de l’information
  • Sciences d’Ingénierie
  • Sciences Mathématiques
  • Sciences Médicales et de la Santé
  • Neurosciences
  • Sciences physiques
  • Biologie moléculaire, cellulaire et structurelle

3. Qualification universitaire admissible

Doctorat dans une des matières susmentionnées.

  • Doctorat obtenu au maximum 10 ans avant de postuler.

4. Emploi admissible

  • Lors de la candidature, les candidates doivent déjà avoir un poste à l’université ou auprès de l’institut de recherche où se déroulera le projet.
  • L’université ou l’institut de recherche doivent se trouver dans un des pays admissibles.
  • Les candidats doivent pouvoir démontrer qu’elles seront salariées par ledit institut pendant toute la durée de la bourse (deux ans).

Proposition de projet de recherche

Pour tout renseignement concernant l’appel à candidatures et la partie visant à décrire votre projet de recherche en détails, veuillez cliquer ici.

Documents requis pour postuler

Plusieurs semaines pourraient être nécessaires pour obtenir les documents indiqués ci-après, en particulier si des signatures officielles sont requises. Nous recommandons vivement aux postulantes admissibles de commencer à rassembler toute la documentation nécessaire le plus tôt possible.

Les candidates doivent fournir les documents suivants :

1. Passeport

  • Une copie scannérisée de la page du passeport contenant les coordonnées de la candidate (photo, numéro du passeport, etc.).
  • Photo d’identité format passeport

2. Certificat de résidence

  • Documentation officielle certifiant que le lieu de résidence est situé depuis au moins 5 ans dans un des pays STLC admissibles (par ex. certificat de résidence).

3. Attestation de diplôme de doctorat

  • Une copie scannérisée de l’attestation du diplôme de doctorat ou autre document délivré par l’université.

4. Attestation d’emploi

  • Une lettre de l’employeur (doyen, vice-doyen ou poste équivalent de l’institut d’origine de la candidate) sur papier à en-tête, attestant que la candidate travaille auprès de l’institut et qu’elle recevra un salaire pendant au moins deux ans à compter de l’année de candidature.

5. Curriculum Vitae

  • CV complet et à jour.

6.  Publications

  • Liste complète des publications.

7. Lettres de références

  • Les candidates devront présenter deux (2) lettres de références ; une des deux devra être rédigée par un scientifique confirmé qui connaisse bien le travail de recherche récemment effectué par la candidate.
  • Les lettres devront inclure les coordonnées de leurs auteurs afin d’être contactés par la suite par le Comité de sélection.

8. Déclaration de soutien du directeur de l’institut d’origine

  • Une déclaration de soutien de la part du directeur de l’institut d’origine de la candidate, souscrite par le doyen, le vice-doyen ou poste équivalent de l’institut. La déclaration est téléchargeable ici.

9. Documentation supplémentaire

  • La candidate pourrait souhaiter fournir des documents complémentaires certifiant ses compétences, ses qualités ou les activités décrites dans son projet de recherche (par ex. certificats de récompenses obtenues, adhésions, etc.).

Toute la documentation devra être transmise au moyen du système de candidature en ligne qui sera activé à compter de la date du 30 juin 2018. N’envoyez aucun document par courriel à l’OWSD.

Évaluation

Les candidatures seront évaluées en fonction des critères suivants :

Proposition de recherche (50 %)

  • Problématique identifiée : originale, pertinente, importante.
  • Faisabilité : méthodologie, infrastructure, calendrier-échéancier/programme d’activités.
  • Contexte : l’institut d’origine dispose de suffisamment de ressources et s’engage à soutenir la candidature.
  • Collaborations et réseautage : la candidate et son institut d’origine ont développé et développeront des rapports avec des organisations et des personnes pertinentes au niveau national, régional et international.
  • Rapports avec l’industrie i.e. des efforts ont été faits pour : tisser des liens avec l’industrie et le secteur privé ; mettre au point des prototypes ou des applications concrètes pour le développement ; commercialiser un produit ou un processus.
  • Impact : quelles seront les conséquences de la recherche pour les communautés (par ex. accroître l’accès aux ressources, aux biens et aux services pour les groupes marginalisés, amélioration de la qualité des connaissances et de la formation dans une matière spécifique, développement d’un produit utilisé par les communautés locales).
  • Inclusion : la définition de la recherche et le développement du produit doivent être pertinents, réalisés de façon consciente, au bénéfice de différents membres de la communauté ; par exemple, les femmes, les minorités autochtones, ethniques ou de genre, liens éventuels entre le handicap et le développement.
  • Durabilité : au terme du financement alloué par l’OWSD comment le projet de recherche et ses objectifs pourront-ils continuer à avoir un impact ?
  • Facteurs éthiques, environnementaux et de risque : la candidate a pris en compte ces aspects et a prévu des solutions pour les atténuer.

Profil du candidat (50 %)

  • Excellence scientifique basée sur des éléments démontrant ses activités scientifiques, tels que : publications, invitations comme intervenante dans des colloques internationaux et régionaux ; présidente de groupes spéciaux et rencontres ; révision d’articles pour des revues ou de propositions de bourse de recherche ; bénéficiaire de bourses et de récompenses nationales, régionales et internationales ; appartenance à des conseils d’administration académiques, des comités, des associations.
  • Capacité de leadership basée sur des éléments démontrant son engagement comme superviseur ; chef d’équipe ; coordinatrice de programmes ; organisation d’évènements ; fondation d’un groupe, d’un comité, d’un groupe spécial ; mener une campagne ou guider un mouvement ; rôle de conseillère pour, entre autres, des ministres, des académies, des organisations de la société civile ; preuve que la candidate a influencé un changement positif de pratiques et de politiques dans le monde académique et au-delà.
  • Capacités de diffusion basées sur des éléments démontrant son engagement dans des activités pour la communauté, par exemple : mentorat, tutorat, communication scientifique, activités de plaidoyer, bénévolat, réseautage, soutien aux jeunes.

Sélection

Les bourses ECWS sont dédiées à la recherche ayant un impact concret pour la communauté locale, régionale et nationale. Des recherches plus théoriques, “fondamentales” pourront être prises en compte à condition qu’elles contribuent considérablement aux exigences de recherche locales/nationales/régionales. Bien que les collaborations établies avec le secteur industriel ne soient pas obligatoires, les propositions prévoyant ce type de collaboration auront la priorité. Les propositions de candidatures se concentrant sur la recherche fondamentale pourraient plutôt prendre en compte les bourses de recherche TWAS (https://twas.org/opportunities/research-grants).

Les candidatures seront évaluées par un groupe d’experts scientifiques renommés, spécialisés dans les matières admissibles et qui connaissent bien les défis que les femmes scientifiques doivent relever dans les pays en développement. Les membres du comité seront nommés par l’OWSD et la réunion de sélection sera présidée par l’OWSD.

La décision du Comité de sélection sera définitive et ne pourra faire l’objet d’aucun recours. Elle ne pourra ni être contestée, ni expliquée ou justifiée.

Seules les candidates sélectionnées seront averties.

Si vous êtes sélectionnée pour une bourse ECWS, vous serez tenues d’informer l’OWSD en cas de bourses complémentaires/supplémentaires, d’allocation de fonds et de subventions octroyées pour votre recherche, en précisant le bailleur de fonds, le montant et l’objet de ce financement.

L’octroi de fonds provenant de bailleurs différents sera considéré comme un élément positif démontrant la faisabilité du projet, à condition que les ressources nécessaires et les activités supplémentaires se développent et ne soient pas dupliquées.

Chargé(e) de Communication en alternance H/F

Mar 22, 18
Admin
,
No Comments

 

Informations générales

Référence2018-578  

Date de début de diffusion: 07/03/2018

Date de parution: 07/03/2018

Description du poste


Métier

Communication – Technicien administratif (Communication)

Intitulé du poste

Chargé(e) de Communication en alternance H/F

En français : titre du projet de recherche (si CDD scientifique)/sujet de stage/sujet d’apprentissage/objet de l’accueil)

Dans le cadre de votre alternance, vous serez rattaché(e) au responsable communication de la Direction Internationale, qui sera en charge de développer vos compétences en communication externe, interne et digitale.

Missions/Activités

Présent dans 26 pays sur tous les continents, le Réseau international des instituts Pasteur (RIIP) réunit 33 établissements, unis par des missions et des valeurs communes au bénéfice des populations. Modèle unique de coopération en santé, le RIIP rassemble au-delà de ses structures, une communauté humaine et scientifique mobilisée sur des priorités de santé tant locales qu’internationales. La Direction Internationale de l’Institut Pasteur à Paris est chargée de l’animation et de la communication globale du Réseau.
Placée sous l’autorité hiérarchique du Directeur International, l’alternant travaillera auprès du Responsable de la communication internationale. Les missions de l’alternant seront :

1) d’assurer la rédaction bilingue et la diffusion hebdomadaire de la newsletter du RIIP (env 5000 abonnés)
Pour cela il sera en particulier en charge de :

• Récolter des informations à relayer dans cette newsletter en assurant le contact avec les chargés de communication des instituts du réseau international ou en faisant la veille sur l’ensemble des supports digitaux du RIIP ;
• Produire des contenus éditoriaux pour le site pasteur.fr : actualités scientifiques internationales, d’interviews/portraits de chercheurs
• Maintenir et enrichir la liste de diffusion de cette newsletter ;
• Procéder à l’analyse des statistiques de la newsletter ;

2) de participer à la production de supports de communication
– Suivi de la réalisation de reportages photographiques au sein réseau international
– Réalisation d’outils de communication print/photo/rapport/ Dossier de presse

3) de participer à l’organisation d’évènements ou réunions scientifiques du Symposium scientifique du Réseau International des Instituts Pasteur

L’alternant pourra être amené à prendre en charge d’autres activités non listées ci-dessus en fonction des besoins ou des urgences du service.

Profil

Formation supérieure de niveau Master 1 ou 2 en communication/journalisme scientifique ou communication avec un fort tropisme pour la santé.
Vous avez d’excellentes capacités de rédaction et d’organisation. Vous êtes à l’aise en anglais aussi bien à l’écrit qu’à l’oral. Dynamique et curieux(se), vous êtes capable de travailler aussi bien en équipe et que de manière indépendante. Votre capacité d’initiative et votre autonomie seront déterminantes pour rendre ce stage intéressants et profitables pour votre expérience professionnelle.

Compétences acquises à l’issue de votre stage/période d’apprentissage

Totalement intégré à la Direction internationale de l’Institut Pasteur, l’alternant renforcera ses compétences éditoriales mais également dans de nombreux autres domaines de la communication (web, presse, print, évènementiel…). Cette expérience dans un environnement international multiculturel sera un atout pour le CV du candidat retenu.

Type de contrat

Contrat d’apprentissage

Durée du contrat

12 mois

Critères candidat

Niveau d’étude souhaité

Bac + 4

Compétences linguistiques

Anglais (C1 – Maîtrise)

Localisation du poste

Localisation du poste

France, Paris

Demandeur

Poste à pourvoir le 03/09/2018

SOURCE: Institut Pasteur

Stage d’études à Genève (juillet 2018) à l’Office des Nations Unies: appel à candidature

Fév 05, 18
Admin
No Comments

Le 56ème Stage d’études se tiendra à Genève du 2 au 13 juillet 2018 à l’Office des Nations Unies à Genève avec le thème :

” LES DROITS DE L’HOMME À LA CROISÉE DES CHEMINS: OÙ EN SOMMES-NOUS EN 2018 “

ContexteLe stage d’études organisé par le Service de l’information de l’Office des Nations Unies à Genève donne l’occasion à des étudiants de niveau supérieur du monde entier de parfaire leur connaissance des principes, activités et buts de l’Organisation des Nations Unies et de ses institutions spécialisées, programmes et fonds. Le stage d’études se tient chaque année au mois de juillet à l’Office des Nations Unies à Genève.

Dans le cadre des efforts menés par les Nations Unies dans le domaine de l’éducation, le Service de l’information de l’Office des Nations Unies à Genève organise chaque année un stage d’études. Ce stage permet à des étudiants inscrits dans un cycle d’études de niveau master, doctorat ou équivalent, originaires de divers pays du monde, de parfaire leurs connaissances des buts, principes et activités de l’Organisation des Nations Unies et des institutions qui lui sont rattachées, grâce à une étude approfondie au sein même de l’Office des Nations Unies à Genève.

Le 56ème stage d’études se tiendra à Genève du 2 au 13 juillet 2018. Ce programme comprendra des exposés-débats par de hauts fonctionnaires des Nations Unies et des institutions spécialisées à Genève sur des sujets liés au thème :

Les droits de l’homme à la croisée des chemins: où en sommes-nous en 2018?

2018 marque les 70 ans de la Déclaration universelle des droits de l’homme. Mais en cette année anniversaire, des violations des droits de l’homme font partie intégrante des principales crises humanitaires et politiques. En même temps, le contrôle exercé par des mécanismes multilatéraux de droits de l’homme est plus fort que jamais.

Par ailleurs, le système international des droits de l’homme n’a cessé d’élargir son champ d’intervention pour se focaliser sur des thèmes et des communautés n’ayant pas toujours bénéficié de l’intérêt qui leur était dû : de la violence à caractère sexiste et les droits des personnes LGBTI, jusqu’aux droits des réfugiés et des migrants, et aux défis de l’ère numérique ou ceux apportés par le changement climatique.

Enfin, nous avons une feuille de route universelle pour le développement, le Programme de développement durable à l’horizon 2030, fondé sur un socle de droits de l’homme. Ceux-ci sont intégrés dans chacun des 17 Objectifs de développement durable du Programme (ODD). C’est pourquoi la réalisation des ODD nécessite des réformes institutionnelles au niveau international et national, afin de permettre la véritable intégration des droits de l’homme.

Les participants seront divisés en groupes de travail qui devront travailler sur les différents aspects du thème, sous la supervision d’experts des Nations Unies. Des documents et publications des Nations Unies seront mis à la disposition des participants sur le thème en discussion.

Important : 

La majorité des sessions étant en anglais, la maîtrise de l’anglais est indispensable. Certaines sessions se feront en français, donc une solide connaissance de la langue française est également demandée

Comment postuler

Les étudiants sélectionnés pour participer à ce stage seront choisis en fonction de leur expérience universitaire et de leurs motivations, tout en respectant une répartition géographique équitable et un équilibre des genres. La limite d’âge est fixée à 32 ans.

Les étudiants intéressés par le stage de 2018 doivent soumettre leur candidature PAR INTERNET avant la date limite du 2 mars 2018Aucune candidature ne sera acceptée après cette date. 

Le formulaire de candidature est à remplir sur notre site internet et doit être accompagné d’une recommandation (en anglais ou en français uniquement) émanant d’une autorité universitaire ou gouvernementale compétente, une preuve de votre inscription en cours (datée du moment de la candidature) dans une institution pour un programme au niveau de master, doctorat ou équivalent, et une copie des diplômes ou certificats obtenus.

Merci de noter que les candidatures incomplètes ne seront pas prises en considération.

Les candidats retenus devront fournir un certificat médical de bonne santé ainsi qu’une preuve écrite de leur appartenance à une caisse d’assurance maladie les couvrant en Suisse durant la période du stage (ces deux documents sont uniquement acceptés en français ou en anglais. Les candidatures émanant de personnes exerçant une profession à plein temps ne peuvent être prises en considération.

Les candidats seront avisés de la décision du Comité de sélection à la mi-avril 2018 au plus tard. La participation au stage d’études est gratuite. L’ONU ne peut prendre à sa charge ni les frais de voyage, ni les frais de séjour des participants. II est possible, toutefois, que des organismes gouvernementaux ou universitaires soient en mesure de leur accorder des bourses. Les candidats sont donc invités à se renseigner sur cette éventualité auprès du secrétariat de leur université.

Informations sur le processus de sélection

Les participants du Stage d’études sont choisis par un Comité de sélection composé de plusieurs fonctionnaires de l’Office des Nations Unies à Genève, de parcours académique et professionnel variés.

Pour faire son choix parmi les candidats, le Comité de sélection se base sur les critères suivants :

  • Formation universitaire
  • Représentation géographique équilibrée
  • Répartition entre les genres
  • Bonne connaissance des deux langues de travail du Stage d’études (anglais et français)
  • Utilité de la participation au Stage d’études pour la carrière du candidat

Afin de permettre au plus grand nombre de candidats de participer au Stage d’études, les personnes ayant déjà participé au programme les années précédentes ne seront pas retenues par le Comité de sélection.

Chaque demande de participation est étudiée par le Comité de sélection qui n’est pas tenu de communiquer sur les motivations de ses choix. Les décisions prises sont finales.

Read More…

Appel a candidature pour le recrutement d’un expert agricole/Lomé

Déc 28, 17
Admin
, , , ,
No Comments

La « GFA-Consulting Group », GFA en sigle, par l’intermédiaire de son Projet dénommé Programme Sécurité Alimentaire (ProSecAl), situé à
Lomégan en face de Pharmacie Mathilda à Lomé, recrute un expert agricole.

CAHIER DES CHARGES DE L’EXPERT AGRICOLE

L’expert agricole sera affecté à plein temps aux activités liées au volet agricole de ProSecAl.

Domaine de responsabilité

Le titulaire de ce poste assurera les responsabilités suivantes :

-Élaboration de stratégie agricole liée au programme ;
-Élaboration de plan d’activités opérationnelles et budget ;
-Élaboration des fiches techniques assez pratique pour la diffusion des différentes technologies agricoles promues par le programme;
-Coordination des activités de vulgarisation agricole exécutée dans les villages du programme par des structures d’appui impliquées ;
-Organisation des sessions de renforcement des compétences du personnel des structures d’appui impliquées dans le programme ;
-Expression des besoins pour l’apport de moyens d’accompagnement aux bénéficiaires afin de leur faciliter l’adoption des innovations ;
-Organisation de l’acheminement et de la mise en place des moyens d’accompagnement dans les villages bénéficiaires ;
-Organisation des tournées de suivi, supervision des activités dans les villages ;
-Collaboration avec le second volet du programme (volet nutrition WASH);
-Collaboration avec les autres programmes de GIZ;
-Participation aux différentes rencontres de ProSecAl;
-Collaboration avec différentes structures étatique et privées (ICAT, DRAEH, ITRA, ONG…), pour l’intérêt du programme;
-Élaboration des différents rapports techniques liés au volet agricole.

PROFIL

-Être titulaire d’un diplôme d’ingénieur agronome (BAC+5) ; l’option production animale serait un atout ;
-Avoir une expérience professionnelle d’au moins 5 ans dans la vulgarisation agricole ;
-Avoir une bonne maîtrise de la production végétale et animale;
-Avoir une bonne expérience dans l’élaboration et la mise en œuvre des stratégies agricoles en faveur des communautés villageoises vulnérables;
-Avoir une bonne maîtrise de la planification des activités (plan stratégique et opérationnel), et l’élaboration des budgets;
-Être endurant dans le travail de terrain et avoir un esprit d’équipe ;
-Être de bonne moralité et disponible à travailler sous pression;
-Maîtriser l’outil informatique notamment les logiciels Word, Excel et PowerPoint;
-Avoir une très bonne connaissance de la langue française (oral et écrit);
-Savoir parler la langue locale : l’Éwé;
-Avoir une bonne connaissance du milieu rural de la région maritime.

PIECES A FOURNIR

-Une lettre de motivation adressée à la Chef de Mission ProSecAl;
-Un curriculum vitae détaillé incluant des références de personnes à contacter;
-Une copie du dernier diplôme;
-Une copie de la Carte d’identité nationale.

Les dossiers doivent être envoyés au plus tard le 31 Décembre à 23h59 à l’adresse e-mail : jobs@lucreatif.com

Seuls les candidats pré sélectionnés seront contactés.

Source: LUCREATIF

Economiste agricole en chef – technologies pour la transformation de l’agriculture en Afrique, Côte d’Ivoire, BAD

Juin 10, 17
Admin
, , , , ,
No Comments

La Banque Africaine de Développement lance un appel à recrutement pour le poste de:

Economiste agricole en chef – technologies pour la transformation de l’agriculture en Afrique

  • Grade: PL-3
  • Poste N°: 50091786
  • Référence: ADB/17/075/2
  • Date de publication: 08/06/2017
  • Date de clôture: 21/06/2017
  • Pays: Côte d’Ivoire

Objectifs

LA BANQUE :

Créée en 1964, la Banque africaine de développement est la première institution panafricaine de développement qui œuvre pour la croissance économique et le progrès social en Afrique. Elle compte 80 États membres, dont 54 en Afrique (pays membres régionaux). Le programme de développement de la Banque africaine de développement vise à fournir l’appui financier et technique aux projets porteurs de transformation qui permettront de réduire sensiblement la pauvreté grâce à une croissance économique inclusive et durable en Afrique. Afin de se concentrer au mieux sur les objectifs de la Stratégie décennale (2013-2022) et de réaliser un plus grand impact sur le développement, la Banque a défini pour ses interventions en Afrique, cinq grands domaines (Top 5) à intensifier pour accélérer l’obtention de résultats à savoir: l’énergie, l’agro-industrie, l’industrialisation, l’intégration et l’amélioration de la qualité de vie des populations africaines.

LE COMPLEXE :

La Vice-présidence pour l’agriculture et le développement humain et social est un complexe sectoriel dont les activités s’articulent autour de deux des cinq grandes priorités (Top 5) de la Stratégie décennale de la Banque, à savoir « Nourrir l’Afrique » et « Améliorer la qualité de vie des populations africaines ». Le Complexe a pour principaux objectifs : (i) l’élaboration de politiques et de stratégies ; (ii) la mise à disposition d’une expertise sectorielle pointue pour les transactions complexes ; (iii) l’élaboration de nouveaux instruments de financement ; et (iv) la représentation de la Banque auprès de parties prenantes externes afin de promouvoir ses actions visant à « Nourrir l’Afrique » et à « Améliorer la qualité de la vie des populations africaines ».

Le dÉpartement recruteur :

Le Département de l’agriculture et de l’agro-industrie apporte son soutien à la mise en œuvre de la stratégie de transformation agricole « Nourrir l’Afrique » pour 2016-2025. La stratégie entend éradiquer la faim et la pauvreté en milieu rural au cours de la prochaine décennie en réalisant l’autosuffisance dans dix-huit (18) chaînes de valeur de produits de base prioritaires pour les zones agro-écologiques du continent. La réalisation des objectifs énoncés dans la stratégie exige une productivité accrue, une valeur ajoutée, un investissement dans les infrastructures, un environnement agroalimentaire propice, un afflux de capitaux, l’inclusion), la durabilité et une nutrition efficace. Le Département pilote les efforts de transformation des systèmes agricoles africains pour accroître la compétitivité, l’inclusion et la durabilité, ainsi que renforcer la création d’emplois et la réduction de la pauvreté dans les Pays Membres Régionaux.

Le poste :

L’Agro-économiste en chef travaille sous la supervision du Directeur du département de l’Agriculture et de l’Agro-Industrie. Il/Elle aura pour principale fonction de coordonner le Programme « Technologies pour la transformation agricole en Afrique » et d’aider à la mise en œuvre de la Stratégie de transformation agricole en Afrique 2016 – 2025 : « Nourrir l’Afrique ». Cette stratégie contribue à la réalisation de la vision de la Banque africaine de développement telle que définie dans sa Stratégie décennale renforcée par les Cinq grandes priorités. Elle vise à faire de la Banque africaine de développement la première institution financière de développement en Afrique, dont la mission est d’apporter une assistance de qualité aux Pays Membres Régionaux dans leurs efforts de réduction de la pauvreté. Cette Stratégie a pour objectif de transformer l’agriculture africaine en s’appuyant sur les dix-huit (18) priorités de la chaîne de valeur dans cinq zones agro-écologiques. La transformation exigera un ensemble de sept éléments moteurs à savoir :

  1. Augmenter la productivité en intensifiant le développement de systèmes efficaces de distribution d’intrants et réduire les déchets et pertes après-récolte;
  2. Soutenir l’accroissement de la production en augmentant les investissements dans les marchés des produits et en appuyant les initiatives du marché visant à accroître la valeur ajoutée ;
  3. Accroître l’investissement dans les infrastructures de base, aussi bien dans les infrastructures matérielles qu’immatérielles;
  4. Créer un environnement favorable au développement de l’agro-industrie grâce à des politiques et une réglementation appropriées ;
  5. Promouvoir les flux de capitaux (en particulier les prêts commerciaux et les investissements privés) pour développer une industrie agro-alimentaire à grande échelle ;
  6. Garantir l’inclusion, la durabilité et des politiques efficientes d’alimentation, d’un niveau supérieur à ce que peut offrir le marché ;
  7. Coordonner les activités pour amorcer la transformation, harmoniser les activités et les investissements des différentes parties prenantes, et guider les activités initiales en vue d’attirer les acteurs du secteur privé.

Les Technologies pour la Transformation de l’Agriculture en Afrique constituent un des programmes phares identifiés dans l’Agenda de la Transformation Agricole, qui vise à accroître l’investissement dans la recherche agricole et la diffusion des technologies. Le programme de l’Agenda de la Transformation Agricole appuiera le Groupe Consultatif pour la Recherche Agricole Internationale en mettant en place un centre d’échanges de technologies de transformation éprouvées, adaptées au contexte africain et prêtes à être mises à l’échelle au-delà des programmes pilotes.

Fonctions et responsabilités

Sous la supervision générale du Directeur du département de l’Agriculture et de l’Agro-Industrie et en étroite collaboration avec les Chefs de division et les Chefs de projet, le Coordonnateur du programme Technologies pour la transformation agricole de l’Afrique coordonnera l’élaboration et la mise en œuvre du programme de l’Agenda de la Transformation Agricole dans l’ensemble des pays membres régionaux de la Banque. Il/elle assumera les tâches suivantes :

  1. Diriger la mise en œuvre de l’Agenda de la Transformation Agricole pour ce qui concerne le programme de l’Agenda de la Transformation Agricole phare ;
  2. Piloter la mise en place d’un cadre cohérent et proactif du programme de l’Agenda de la Transformation Agricole encourageant l’investissement dans la recherche agricole et la diffusion des technologies ;
  3. Assurer la liaison et la collaboration avec le Groupe Consultatif pour la Recherche Agricole Internationale, les autres partenaires clés du programme de l’Agenda de la Transformation Agricole hors Groupe Consultatif pour la Recherche Agricole Internationale et les Systèmes Nationaux de Recherche Agricole sur les questions liées au programme de l’Agenda de la Transformation Agricole ;
  4. Assurer la liaison avec le centre d’échanges de l’Agenda de la Transformation Agricole et le Comité directeur du projet pour assurer une bonne mise en œuvre du programme de l’Agenda de la Transformation Agricole ;
  5. Renforcer la qualité, le respect des délais et l’intégrité de la mise en œuvre du programme de l’Agenda de la Transformation Agricole, en élaborant et en pratiquant des contrôles pour réduire les dérapages éventuels ;
  6. Elaborer et mettre en œuvre des systèmes de suivi et d’évaluation des performances et des activités axées sur l’établissement de rapports (notamment les indicateurs de performance clés) afin de permettre une évaluation transparente des résultats et des impacts du programme de l’Agenda de la Transformation Agricole, pour une communication interne et externe ;
  7. Fournir des conseils aux Pays Membres Régionaux pour l’accroissement des investissements dans la recherche agricole et la diffusion des technologies ;
  8. Faciliter la promotion des partenaires officiels du programme de l’Agenda de la Transformation Agricole et promouvoir les échanges d’informations sur ledit programme ;
  9. Piloter le développement de nouvelles activités et la mobilisation de ressources pour le programme de l’Agenda de la Transformation Agricole avec les partenaires des fonds souverains, des organismes multilatéraux, bilatéraux et du secteur privé ;
  10. Développer des synergies entre le programme de l’Agenda de la Transformation Agricole et les autres programmes phares de la Banque dans le domaine de la transformation agricole en Afrique : « ENABLE Youth », les Agropoles et les Zones agro-alimentaires et les mécanismes de partage des risques de l’agriculture ;
  11. Maintenir des canaux de communication régulière avec les parties prenantes du programme sur les progrès et les réalisations du programme de l’Agenda de la Transformation Agricole, ainsi que les contraintes et les opportunités émergentes ;
  12. Mettre en place et maintenir une collaboration stratégique avec les partenaires appropriés dans le domaine de l’Agenda de la Transformation Agricole ;
  13. Organiser des séminaires de développement de l’Agenda de la Transformation Agricole, faire des présentations et représenter la Banque dans les événements du secteur ;
  14. Accomplir toute autre tâche assignée par le Directeur de l’agriculture et de l’agro-industrie.

Critères de sélection

  1. Être titulaire d’au moins un Master 2/DESS/DEA (ou diplôme équivalent) en Agronomie, Sciences de l’Agriculture, Génie Agricole, Sciences et Technologies de l’Alimentation, Développement Rural ou dans un domaine connexe.
  2. Justifier d’au moins sept (7) années d’expérience pertinente (dont cinq (5) années dans une institution multilatérale de développement) dans la recherche agricole et le développement.
  3. L’expérience dans le secteur privé sera un avantage supplémentaire.
  4. Expérience de travail auprès d’un Groupe Consultatif pour la Recherche Agricole Internationale  serait un atout supplémentaire.
  5. Les publications dans le domaine de l’agriculture constitueront un atout supplémentaire.
  6. Une expérience de travail en Afrique est indispensable.
  7. Aptitudes avérées à prendre des initiatives, innover, adapter et prendre des décisions judicieuses ; créer, appliquer et partager le savoir ; partager l’expertise et l’apprentissage ; assurer son propre développement et celui des autres ; développer des réseaux ; collaborer dans le cadre d’équipes et par-delà les frontières ; être inclusif et démontrer une responsabilité citoyenne.
  8. Capacité à établir des partenariats avec divers clients et d’obtenir des résultats répondant aux besoins et aux intérêts à long terme des clients au sein et à l’extérieur de la Banque.
  9. Capacité hautement développées dans la résolution de problèmes par une approche conceptuelle, analytique et innovante.
  10. Aptitudes avérées de leadership ainsi qu’en matière de supervision en vue de réaliser les objectifs définis dans des contextes multiculturels internationaux.
  11. Savoir gérer différentes demandes/priorités simultanées et changeantes, en respectant des délais serrés et savoir coordonner le travail des autres.
  12. Etre capable d’utiliser les logiciels analytiques (GENSTAT, SAS, R, SPSS).
  13. Capacité à communiquer efficacement à l’écrit comme à l’oral en français ou en anglais et bonne connaissance pratique de l’autre langue.
  14. Compétence dans l’utilisation des logiciels courants de la suite Microsoft Office (Word, Excel, PowerPoint).

Informations sur le poste:

La Banque Africaine de Développement a engagé les services de DEVEX pour faciliter ce recrutement. pour postuler, veuillez cliquer sur « postulez » comme affiché sur la page de publication ou y accéder a travers le lien suivant :

http://www.surveygizmo.com/s3/3502666/Chief-Agricultural-Economist-Technologies-for-African-Agricultural-Transformation-TAAT-PL3

Ce poste bénéficie du statut international et ouvre droit aux conditions d’emploi y afférentes.

Si vous rencontrez des difficultés techniques lors de l’enregistrement de votre candidature, veuillez envoyer un courriel avec une description précise du problème et/ou en envoyant une capture écran indiquant le problème à : HR Direct HRDirect@AFDB.ORG

Pour plus d’informations: cliquer ici

Read More…

Poste de Coordonnateur de programmes Banque Africaine de Développement en Côte d’Ivoire

Juin 10, 17
Admin
, , , , , , , , ,
No Comments
  • Titre du poste: Coordonnateur de programmes
  • Grade: PL4
  • Poste N°: 50093753
  • Référence: ADB/17/ 259
  • Date de publication: 09/06/2017
  • Date de clôture: 23/06/2017
  • Pays: Côte d’Ivoire

Objectifs

LA BANQUE :

Créée en 1964, la Banque africaine de développement est la première institution panafricaine de développement. Elle a pour mission de promouvoir la croissance économique et le progrès social dans l’ensemble du continent. La Banque compte 80 pays membres, dont 54 pays africains (les pays membres régionaux). Le programme de développement de la Banque vise à fournir l’appui financier et technique aux projets porteurs de transformation qui permettront de réduire sensiblement la pauvreté grâce à une croissance économique inclusive et durable en Afrique. Pour davantage se concentrer sur les objectifs de la Stratégie décennale (2013‑2022) et réaliser un plus grand impact sur le développement, cinq grands domaines dans lesquels les interventions devront s’intensifier pour l’Afrique ont été identifiés, à savoir : l’énergie, l’agro-industrie, l’industrialisation, l’intégration et l’amélioration de la qualité de vie des populations africaines.

LE COMPLEXE :

La Vice-présidence chargée de « l’Electricité, l’Energie, le Climat et la Croissance verte » est un complexe sectoriel axé sur l’objectif prioritaire « Éclairer l’Afrique et l’alimenter en énergie » des Top 5 de la Stratégie décennale de la Banque. Le complexe vise à : i) élaborer les politiques et les stratégies dans ce domaine ; ii) fournir une solide expertise technique sectorielle aux régions, en constituant une réserve de personnes expérimentées pouvant être consultées pour leur expertise sur les transactions complexes ; iii) mettre au point de nouveaux instruments de financement ; iv) être le porte-parole de la Banque, en la représentant auprès des parties prenantes externes sur tous les aspects liés à l’objectif « Éclairer l’Afrique et l’alimenter en énergie ». Le complexe mettra l’accent sur les domaines des systèmes énergétiques, de la politique et la réglementation, des énergies renouvelables ; et du climat et de la croissance verte.

Le poste :

Le Coordonnateur de programmes est responsable de la coordination globale des programmes de travail du Complexe et de la fourniture de services consultatifs techniques. Le/la titulaire aidera également à coordonner les activités du front office du Vice-président, des départements sectoriels, ainsi que les activités du domaine de l’énergie gérées par les 5 plateformes.

Fonctions et responsabilités

Sous la supervision et la direction générales du Vice-président chargé de l’électricité, de l’énergie, du changement climatique et de la croissance verte, le Coordonnateur de programmes assume les fonctions suivantes :

  1. superviser et guider la mise en œuvre du programme de travail du Complexe, assurer une mise en œuvre de qualité, l’alignement stratégique et l’optimisation des ressources ;
  2. rendre compte au Vice-président de l’état d’avancement du programme de travail et identifier les principaux domaines nécessitant un appui spécifique et formuler des recommandations, le cas échéant ;
  3. assurer la liaison avec les cinq départements du Complexe, les cinq plateformes régionales de la Banque et d’autres parties prenantes clés pour assurer la cohérence et la complémentarité au niveau des activités ;
  4. apporter son aide au dialogue sur les politiques avec les responsables des pays membres régionaux et à la mobilisation de financements extérieurs auprès des partenaires de la Banque ;
  5. contribuer à la mise en œuvre de nouvelles initiatives avec les parties extérieures ;
  6. promouvoir l’utilisation de l’ensemble des instruments de la Banque pour attirer les financements public et privé extérieurs (y compris le financement extérieur géré par la Banque) ;
  7. assurer le suivi/la rédaction de documents d’information du Vice-président, notamment les points de discussion, les discours, les programmes multimédias, etc. ;
  8. nouer des relations avec les clients, les entreprises privées internationales et régionales, les partenaires bancaires et multilatéraux et les responsables gouvernementaux ;
  9. représenter le Complexe lors d’événements au sein et à l’extérieur de la Banque, afin de renforcer la collaboration et le partage des connaissances ;
  10.  effectuer toute autre tâche qui pourrait lui être confiée par le Vice-président.

Critères de sélection

  1. Être titulaire d’au moins Master 2/DESS/DEA ou un diplôme équivalent en énergie, en finances, en économie ou dans un domaine connexe.
  2. Justifier au minimum de six (6) années d’expérience professionnelle pratique pertinente dans le domaine du développement, notamment dans les secteurs de l’énergie et du changement climatique.
  3. Avoir une grande expérience/connaissance des activités de conseil et d’investissement.
  4. L’expérience dans le secteur privé sera un avantage supplémentaire.
  5. Avoir une connaissance approfondie des politiques et stratégies relatives à l’énergie et au climat.
  6. Avoir une expérience pratique d’autres institutions de développement, des banques d’investissement et de l’administration publique.
  7. Avoir une connaissance approfondie des règles de passation de marchés et de gestion financière des banques multilatérales de développement.
  8. Avoir l’expérience des transactions d’investissement dans le secteur de l’énergie.
  9. Avoir de solides compétences interpersonnelles et de gestion des relations et une capacité avérée à travailler avec diverses parties prenantes (institutions financières, entreprises, organisations internationales, etc.).
  10. Être capable de collaborer et de communiquer efficacement avec différentes parties prenantes.
  11. Avoir d’excellentes capacités d’organisation, d’analyse, de coordination et de communication ainsi que de solides capacités de rédaction.
  12. Avoir une solide connaissance des politiques, stratégies, directives et procédures de la Banque.
  13. Avoir des capacités avérées dans la communication, étant donné que les activités de coordination requièrent des contacts réguliers avec des partenaires de haut niveau au sein et en dehors de la Banque.
  14. Être capable de résumer les documents stratégiques et de mettre en lumière les idées maîtresses.
  15.  Être capable de communiquer de manière efficace à l’oral et à l’écrit en français ou en anglais, avec une bonne connaissance pratique de l’autre langue.
  16.  Savoir utiliser les applications Microsoft Office standard (Word, Excel, Access, PowerPoint).

 

Informations sur le poste 

La Banque Africaine de Développements a engagé les services de GLOBAL CAREER COMPANY LTD pour faciliter ce recrutement. pour faire acte de candidature, veuillez cliquer sur «postulez» comme affiché sur la page de publication ou y accéder a travers le lien suivant:
http://careers.pageuppeople.com/455/africa/en/job/971466?lApplicationSubSourceID

telecharger le formulaire pour Postuler

Ce poste bénéficie du statut international et ouvre droit aux conditions d’emploi y afférentes

Si vous rencontrez des difficultés techniques lors de l’enregistrement de votre candidature, veuillez envoyer un courriel avec une description précise du problème et/ou en envoyant une capture écran indiquant le problème à : HR Direct HRDirect@AFDB.ORG

Annonce et conditions