L’héroïque Mgr Desmond Tutu : une belle leçon de vie

Que sait-on de Desmond Tutu ?

La vie de Desmond Tutu

Combattant sud-africain, Desmond TUTU est né le 07 octobre 1931 à Klerksdorp au sein d’une famille modeste où il connut une enfance difficile tout comme tous les autres enfants noirs. Il vivait dans un ghetto et était constamment confronté à l’apartheid. Excellent académiquement, Desmond TUTU nourrissait depuis son adolescence, le rêve de devenir un médecin. Mais, le caractère dispendieux de telles études lui contraignit à opter pour le métier d’instituteur. Il réussit à exercer cette profession à partir de 1954 à Johannesburg Bantu Hight School mais abandonna 03 ans plus tard, en raison des problèmes relatifs à la qualité de l’enseignement en milieu noir, il. décida de poursuivre ses études en théologie en Angleterre où il obtint sa Maitriseen Théologie. De 1967 à 1972, Desmond TUTU, de retour dans son pays, il devint enseignant de théologie. Retourné en Angleterre en 1972, il servira comme Directeur Adjoint de l’Institut théologique pour 3 ans.

En 1975, TUTU devint le doyen du diocèse de Johannesburg. Contre toute attente, il fit le choix de vivre dans un misérable quartier des noirs dénommé « Soweto », où éclataient en 1976 des émeutes meurtrières. C’est le début d’un combat qui ne va plus cesser contre le système de l’apartheid[1], que Desmond Tutu qualifie de « mal pernicieux », d’« invention diabolique», de «système le plus pernicieux depuis le nazisme». En 1984, Mgr Tutu reçut le Prix Nobel de la Paix. Deux ans plus tard, il fut élu archevêque. À partir de 1995, il devint le Président de la Commission pour la vérité et la réconciliation. Desmond Tutu prêchait la loi du pardon: « En ouvrant les blessures pour les nettoyer, on les empêchera de s’infecter. La vraie réconciliation n’est jamais bon marché, car elle repose sur le pardon qui est coûteux ».

Sur le plan international, TUTU est l’un des fondateurs du groupe des sages, qui comprend l’ancien secrétaire général des Nations unies, Kofi Annan, l’ancien Président Américain, Jimmy Carter, la veuve de Nelson Mandela, Graca Machel, et l’ancienne Présidente irlandaise, Mary Robinson. Ce groupe a été fondé pour servir de médiateur dans les conflits difficiles, réduire les tensions et éviter la violence. Tutu était également un partisan des droits des Palestiniens.

« Faites le bien, par petits bouts, là où vous êtes ; car ce sont tous ces petits bouts de bien, une fois assemblés, qui transforment le monde. » Ces mots de Desmond Tutu résument le combat et la philosophie de toute sa vie. L’archevêque anglican, figure de la lutte contre l’apartheid en Afrique du Sud, est décédé dimanche, 26 décembre 2021, à 90 ans, à son domicile du Cap. L’annonce de sa mort a laissé l’humanité sans voix. Pour le Président Cyril Ramaphosa, la mort de Desmond TUTU « un nouveau chapitre de deuil dans l’adieu de [la] nation à une génération de Sud-Africains exceptionnels qui nous ont légué une Afrique du Sud libérée ».

Leçons et inspirations sur la vie de Desmond Tutu

 ‘’N’ayez pas peur des idées nouvelles, agissez et soyez réaliste, adaptez-vous aux circonstances du moment et de l’espace’’ disait-il. Desmond TUTU depuis son adolescence rêvait de devenir un médecin mais la cherté des études pour y parvenir ne l’a pas laissé le choix. Il fut instituteur et archevêque par la suite. C’est du réalisme. Nombreux sont ces jeunes qui nourrissent de nobles ambitions : devenir un grand avocat ; médecin ; agronome ; comptable ; ingénieur ; etc., pour qui les réalités du moment semblent défavorables. À eux, l’abandon ne serait pas le maitre mot mais plutôt l’adaptation. La persévéranc e reste le principe et l’adaptation l’exception. Ne fuyez pas les difficultés mais adapter votre plan d’action aux réalités. « L’espoir, c’est d’être capable de voir la lumière malgré les ténèbres »

« Si tu es neutre en situation d’injustice, c’est que tu as choisi le camp de l’oppresseur ». Par cette affirmation, le sage Desmond TUTU invite tous à s’engager, à se mêler des choses qui ne nous engagent pas, à défendre et prendre position pour les faibles, combattre l’injustice, mieux, il nous invite à œuvrer pour le bien des autres. Il est évident que l’engagement pour le bien des autres peut valoir des coups amers : des rejets, des mépris, ingratitude, les représailles, les châtiments, l’exil, la prison voire la mort. À titre d’exemple, Thomas SANKARA, grand homme politique burkinabé a payé le prix pour son engagement pour le bien de tout un peuple. Nelson MANDELA, 28 ans de prison au nom son engagement politique contre les injustices sociales, contre l’apartheid en Afrique du Sud. Émile ZOLA, auteur engagé a subi le châtiment des hommes politiques pour avoir défendu « l’affaire Dreyfus » de même pour VOLTAIRE dans « l’affaire Calas » ; etc. Albert EINSTEIN disait « le monde est dangereux à vivre non pas à cause de ceux qui font mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire ». Pour sa part, Dr. Martin Luther King déclara que « notre vie commence par s’arrêter le jour où nous gardons le silence sur les choses graves. Ce qui effraie, ce n’est pas l’oppression des méchants mais l’indifférence des bons (…) puis, à la fin, nous nous souviendrons, non pas des maux de nos ennemis, mais du silence de nos amis ». Quittez la tranquillité de votre neutralité, faites du bien de manière inconditionnelle et désintéressée ; agissez et posez de bons actes et actions pour qu’ils soient votre seul témoin le jour que vous ne serez plus de ce monde.


 Emmanuel Keleou

Leave a Comment

Your email address will not be published.

en_USEnglish