Skip to content

Faire du bien à la place du mal – sur de faits inspirants

Faire du bien à la place du mal – sur de faits inspirants

Mar 01, 21
Nobel Segbeaya
, , , , , ,
no comments

Message spécial pour tous les hommes de ce monde, en particulier les togolais. Ne vous fatiguez pas de faire le bien, faites-le avec amour et un cœur honnête. Penser seulement à soi, c’est bien mais aux autres c’est encore mieux.

Lisons!

Cessons d’être ‘orgueilleusement’ égoïstes, le temps vient si Dieu nous l’accorde et nous arriverons difficilement à manger, marcher, faire les petites choses que nous avons l’habitude de faire sans soucis: le poids de l’âge. J’ai vu et je me rappelle encore mon grand-père qui se servait de son vélo pour marcher, toujours courbé. Tristement, les gens lui ont volé en 1982 ce vélo qui était pour lui tout, ses pieds, ses bras…sa voiture. Il s’en servait pour aller au champ malgré son âge avancé. Et c’est encore dans son champ que le vélo a été volé. … il vécut plus de 10 ans après mais sa vie n’était pas enviable…

Curieusement, dans des conditions plus ou moins semblables, le vélo que j’utilisais en deuxième année au campus avait été volé. Ce vélo était toute ma fortune. Le jour là on a volé celui d’un de mes camarades à la cité D, Campus Nord, Université de Lomé. Mais la veille nous nous préparions pour composer dans une matière le lendemain. C’est méchant, hein? Ne me demandez pas si j’ai échoué dans cette matière ou non!

C’est triste la vie et personne ne pourra rien y échanger, même ceux qui sont trop faibles, puissants, gagnants, perdants, trichés, justes, injustices, riches, pauvres…que cela nous interpelle tous et nous enseigne à admettre nos fautes, comme nos raisons sans nous en prendre aux autres.

Rassurez-vous, je vous aime tous! Mais lisez un peu ce qu’avait déclaré Madame Mamie Till-Mobley.

Madame Mamie Till-Mobley, après l’assassinat de son fils Emmett Louis Till le 28 août 1955 à Money, dans l’Etat de Mississippi (USA), [puis jeté dans la rivière Tallahatchie] dit ce que suit : « …quand quelque chose arrive aux noirs du Sud des USA, c’est leur problème, et NON le mien, ai-je dit. L’assassinat de mon fils m’a montré que ce qui arrive à qui que ce soit d’entre nous, n’importe où dans le monde, devrait être l’affaire de nous tous ».

Version anglaise:

« Two months ago I had a nice apartment in Chicago. I had a good job. I had a son. When something happened to the Negroes in the South I said, `That’s their business, not mine.’ Now I know how wrong I was. The murder of my son has shown me that what happens to any of us, anywhere in the world, had better be the business of us all. »

Cette dame, partisane, activiste du Mouvement des droits civiques aux USA « non-violent » s’est donnée corps et âme malgré qu’elle a perdu son fils unique, qui n’avait que 14 ans. L’adolescent aurait juste flirté avec une femme blanche, du nom de Carolyn Bryant Donham au supermarché. Deux hommes l’ont poursuivi, battu, torturé, défiguré le visage au point qu’il était méconnaissable…. Quand Mamie Till-Mobley se trouva en face du corps sans vie, difficilement reconnaissable, elle s’écroula et cria en disant: « Seigneur, prends mon âme ». 60 ans plus tard Carolyn Bryant Donham avoua qu’il y avait une part de mensonge dans ses déclarations accusant le regretté Emmett – [she said of her long-ago allegations that Emmett grabbed her and was menacing and sexually crude toward her, “that part is not true.”]. Cette confession, qui eut lieu après le décès de la maman d’Emmett (en 2003, à l’âge de 81 ans), ne pourra jamais redonner vie à Feu Emmett, ni réparer toutes les douleurs et souffrances que cette situation « montée » a causées.

Prenez une pause et mesurez l’ampleur que le mensonge a arraché à la famille TILL. Puis continuez.

De notre vivant, nous devons toujours mesurer les conséquences avant de poser quelque acte que ce soit, et nous devons tout faire pour ne pas utiliser nos positions actuelles pour détruire les autres.

Justement, se servant de nos forces et pouvoirs actuels, nous pouvons choisir de faire ce qui est bien, louable, juste, aimable, joli, sans rancœur pour ne pas piétiner les autres avec notre égo.

Si vous êtes tentés de le faire, posez-vous simplement cette question : si l’on me faisait cela, que deviendrai-je? Que ressentirai-je? Si on le faisait contre mes proches, comment le prendrai-je? Continuez par vous poser ces genres de questions et ne résistez pas à votre conscience et au cri audible qu’elle produit en vous. Vous et vous seul avez le pouvoir d’arrêter de faire du mal.

Un fou, dans la cour d’un Roi, donnait ce conseil « avant de faire quelque chose, vous devez réfléchir deux fois, ceci vous permettra de savoir si ce que vous voulez faire est bon ou pas » Curieusement, le coiffeur du Roi avait été mandaté pour l’égorger au moment où il serait en train de lui raser sa barbe. Mais après avoir entendu le fou, il changea d’avis et confessa qu’il avait payé pour tuer le Roi…et le fou qui sauva le Roi, fut nommé Conseiller du Roi…imaginez ce qui était arrivé aux comploteurs. Cette histoire est bien populaire dans nos différentes cultures africaines. « […] ce qui arrive à qui que ce soit d’entre nous, n’importe où dans le monde, devrait être l’affaire de nous tous ».

Évidemment, nous savons tous ce qui est bien. Qu’attendons-nous donc pour le faire?

Faisons-le alors!


Sources :

  • https://www.tspr.org/post/heroism-and-activism-mamie-till-mobley
  • http://www.pbs.org/wgbh/americanexperience/features/emmett-biography-mamie-till-mobley/
  • https://www.washingtonpost.com/news/retropolis/wp/2018/07/12/emmett-tills-mother-opened-his-casket-and-sparked-the-civil-rights-movement/
  • https://www.nytimes.com/2017/01/27/us/emmett-till-lynching-carolyn-bryant-donham.html –
    Edité par Dr. Brad Hounkpati

leave A Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.